OMP > Actualités > Actualités scientifiques > Déstabilisation d'un nouveau secteur de la calotte Antarctique

Déstabilisation d'un nouveau secteur de la calotte Antarctique

Une équipe internationale (Université de Bristol, Université d'Utrecht, Alfred Wegener Institut, LEGOS) vient de découvrir qu’un secteur de la Péninsule Antarctique, jusqu’alors en équilibre, enregistre des fortes pertes de glace depuis 2009. Des nouvelles observations satellitaires indiquent que ce secteur Sud-ouest de la Péninsule Antarctique aurait déversé environ 60 kilomètres-cube de glace dans l'océan chaque année depuis 2009, contribuant à la montée du niveau des mers. L'étude, publiée le 22 mai dans la revue Science, suggère que ces pertes de glace seraient liées à l’accélération du glissement des glaciers vers l’océan, conséquence du réchauffement des eaux océaniques.

Les observations proviennent majoritairement des missions européennes Envisat et Cryosat-2 et germano-américaine GRACE qui permettent de mesurer les changements de volume de la calotte pour les deux premières et de masse pour la seconde. Les données Envisat, traitées par Thomas Flament (doctorant au LEGOS) ont notamment permis de montrer la stabilité de ce secteur avant 2009. Ces données satellitaires sont complétées par des analyses de modèles climatiques qui indiquent que ces pertes de glace ne peuvent s'expliquer ni par une hausse des températures atmosphériques, ni par un déficit de précipitations. L'explication vient donc du réchauffement de l'océan.

Carte des variations d’altitude de la surface dans la partie Sud-ouest de la Péninsule Antarctique entre 2003 et 2014. En rouge les zones de fort amincissement

Les plateformes de glace flottante qui bordent les glaciers agissent comme des contreforts qui ralentissent l'écoulement de la glace en amont. Depuis quelques décennies, conséquence du réchauffement global, les eaux océaniques se réchauffent autour de l’Antarctique et intensifient la fonte des plateformes de glace par leur base. L'équilibre des plateformes est bousculé, elles s'amincissent et jouent moins efficacement leur rôle de "frein" sur les glaciers qui s’y jettent. Et ce phénomène pourrait encore continuer puisque la majorité de cette partie de la calotte est posée sur un socle rocheux sous le niveau marin. L'océan risque de continuer son travail de sape Bert Wouters, premier auteur de l'étude, ajoute : "Autour de 2009, la fonte des plateformes semble avoir passé un seuil critique qui a déclenché la perte de glace. Mais en comparaison à d'autres parties du continent, le Sud de la Péninsule a été peu étudié, précisément parce qu'il ne subissait pas de changement majeur. Pour comprendre les causes exactes de cette perte de glace, il nous faudra continuer à collecter des données : la géométrie des plateformes, la bathymétrie, l'épaisseur et la vitesse d'écoulement des glaciers sont des paramètres cruciaux pour prédire l'évolution de la région."

 

Référence

'Dynamic thinning of glaciers on the Southern Antarctic Peninsula' by Bert Wouters, Alba Martin- Español, Veit Helm, Thomas Flament, Melchior van Wessem, Stefan. Ligtenberg, Michiel van den Broeke, Jonathan Bamber in Science

 

Contact

Thomas Flament :  flament.thomas@gmail.com

Frédérique Rémy :  remy.omp@free.fr

Afficher le pied de page