OMP > Actualités > Actualités scientifiques > JWST : un regard inédit sur la matière interstellaire à l’origine des planètes

JWST : un regard inédit sur la matière interstellaire à l’origine des planètes

Un programme d’observation mené par Olivier Berné, chercheur CNRS à l’Institut de recherche en astrophysique et planétologie de Toulouse (IRAP - CNRS/Université Toulouse III - Paul-Sabatier/CNES) et Emilie Habart de l’Institut d’astrophysique spatiale (IAS - CNRS/Université Paris-Sud) a récemment été sélectionné par la NASA pour observer les nébuleuses avec le James Webb Space Telescope (JWST). La sélection de ce programme dans un contexte international extrêmement compétitif est une grande réussite pour la recherche spatiale française. Sur la centaine de propositions déposées, 13 projets ont été sélectionnés et seul celui-ci est porté par deux chercheur.e.s français.e.s. et une chercheuse canadienne.

Associant plusieurs laboratoires français (1) et des équipes de 18 autres pays, le projet d’Olivier Berné, Emilie Habart et Els Peeters vise à fournir à la communauté scientifique des données sur des objets parmi les plus énigmatiques de notre Galaxie : les nébuleuses. Ces nuages de gaz et de poussières situés dans la Voie lactée sont le lieu de formation des étoiles et des planètes. En effet, lorsque toutes les conditions chimiques et physiques sont réunies, la matière présente dans la nébuleuse peut former un système planétaire. C’est cette matière interstellaire et sa composition qui intéresse particulièrement les scientifiques dans ce projet. Ces observations permettront aux chercheur.e.s de mieux comprendre les mécanismes en jeu dans la formation de systèmes planétaires.

En plus de l’acquisition et le partage de données sur la composition chimique initiale nécessaire à la naissance de ces systèmes, l’étude de ces pouponnières d’étoiles permettra peut-être aux scientifiques d’observer des proplyds, de petits systèmes solaires déjà en formation dans les nébuleuses.

Fruit d’une collaboration entre la NASA, l’Agence spatiale européenne (ESA) et l’Agence spatiale canadienne (CSA), JWST est le plus grand télescope jamais lancé dans l’espace. Souvent présenté comme le successeur de Hubble, le JWST est un télescope infrarouge de 6,5 mètres de diamètre. Il sera lancé par une fusée Ariane 5 au printemps 2019. Les premières observations devraient commencer dès que le JWST aura atteint sa destination située à 1,5 million de km de la Terre soit environ 4 fois la distance Terre - Lune. En comparaison, Hubble est en orbite autour de la Terre à une altitude de « seulement » 590 km.

Contacts chercheur

Olivier Berné , IRAP, olivier.berne@irap.omp.eu, 05.61.55.87.55

(1)  Centre de Sciences Nucléaires et de Sciences de la Matière (CSNSM), Institut de Planétologie et d’Astrophysique de Grenoble (IPAG), Laboratoire d’étude du rayonnement et de la matière en astrophysique et atmosphères (LERMA), Institut des Sciences Moléculaires d’Orsay (ISMO), Institut d’astrophysique de Paris (IAP), Laboratoire Univers et Théories (LUTH), Astrophysique Instrumentation Modélisation (DAp/AIM), Institut de Physique Nucléaire d’Orsay (IPNO), Institut des sciences moléculaires (ISM), Laboratoire Atmosphères, Milieux, Observations Spatiales (LATMOS)

Afficher le pied de page