OMP > Actualités > Actualités scientifiques > 2 chercheurs d'Ecolab en mission circum-Antarctique

2 chercheurs d'Ecolab en mission circum-Antarctique

Laure Gandois et François Devleeschouwer, tous deux chercheurs CNRS au laboratoire EcoLab, ont embarqué sur un brise glace russe dans le port de Hobart, Tasmanie, pour une navigation circum-Antarctique et une mission scientifique nommée expédition ACE, premier projet supervisée par l’Institut Polaire Suisse.

De décembre 2016 à mars 2017, des équipes scientifiques, 150 chercheurs, 22 projets du monde entier embarquent dans le navire de recherche russe Akademik Treshnikov pour une expédition sans précédent autour de l'Antarctique. De la biologie à la climatologie à l'océanographie, les chercheurs travailleront sur un certain nombre de domaines interdépendants pour l'avenir de ce continent.

Le projet de L. Gandois et F. Devleeschouwer

Mesurer les changements dans la capacité de l'océan à absorber le CO2

Les concentrations de CO2 dans l'atmosphère ont augmenté depuis l'an 1750 en raison de l'activité humaine. Cela est lié au réchauffement de l'atmosphère et des océans, aux changements climatiques, à la récession des couches de glace et à l'élévation du niveau de la mer. Plus d'un quart de ce CO2 est absorbé par les océans; L'océan Austral représente 43%. La capacité de l'océan Austral à absorber le CO2 a récemment été limitée (selon certains modèles) par une augmentation de la force des vents de l'hémisphère sud (SHW), qui attirent les eaux saturées de CO2 vers la surface. Cela entraînera potentiellement des gaz à effet de serre atmosphériques et accélérera les taux de réchauffement planétaire.Ainsi reconstruire les changements passés dans le SHW et leur impact sur le puits océanique de CO2 est maintenant une priorité principale pour la science paléoclimatique.Leurs objectifs sont les suivants:

  • déterminer les changements de l'Holocène (dernières 12 000 années) dans la force de la SHW sur l'océan Austral en générant des enregistrements d'aérosols éoliens et d'autres proxies dans les relevés de sédiments des lacs et des tourbières des côtes ouest des îles sous-antarctiques et,
  • utiliser ces données dans les modèles climatiques mondiaux pour tester si les changements passés dans le SHW expliquent les variations passées du CO2 atmosphérique.

La mission de Laure et François est plus particulièrement de sonder les tourbières de l’Ile Macquarie et de l’Ile Diego Ramirez dans le cadre d’un programme porté par le British Antarctic Survey, visant à mieux comprendre l’influence des Westerlies sur le cycle du CO2 de l’Océan antarctique.

Les premières images viennent de nous parvenir :

1

Sondage sur les îles de Diego Ramirez au sud du Cap Horn

Afficher le pied de page