OMP > Actualités > Actualités scientifiques > Le premier European Research Council Starting Grant

Le premier European Research Council Starting Grant

Depuis le 1er décembre 2010, l’Observatoire Midi-Pyrénées accueille son premier European Research Council Starting Grant. Ce projet intitulé « MERCURY ISOTOPES, Exploring the isotopic dimension of the global mercury cycle » porte sur l’étude du cycle biogéochimique d’un polluant préoccupant, le mercure. Le chercheur lauréat, Jeroen Sonke, Chargé de Recherche CNRS, travaille au nouveau laboratoire Géosciences – Environnement – Toulouse (GET), laboratoire issu de la fusion entre le Laboratoire des Mécanismes et Transfert en Géologie et d’une partie du laboratoire Dynamique Terrestre et Planétaire.

L’objectif du projet est d’utiliser les signatures isotopiques du mercure comme traceurs des sources et des processus. Ces travaux permettront de mieux cerner le cycle biogéochimique du mercure qui reste encore mal connu.

Trois terrains d’études sont envisagés :

- l’Asie, principal émetteur de mercure via la combustion de charbon ;
- l’Arctique, écosystème à risque en raison des forts taux de déposition atmosphérique du mercure ;
- l’Europe, grâce à l’Observatoire du Pic du Midi dont la plateforme environnementale accueillera le premier suivi européen en temps réel de la spéciation atmosphérique du mercure en haute altitude.

L’outil principal du projet est un spectromètre de masse de dernière génération, le MC-ICPMS. Installé au GET, cet instrument fait partie du Service ICMPS de l’OMP. Grâce à cette nouvelle spectrométrie, les géochimistes sont maintenant capables de mesurer les variations isotopiques naturelles de presque tout le tableau périodique des éléments. Jeroen Sonke est, quand à lui, spécialiste en mesures isotopiques d’éléments non traditionnels, tels le mercure.

Le projet, financé sur 5 ans (2010-2015), permettra l’embauche de plusieurs post-docs et thésards ainsi que l’acquisition de divers équipements. D’ores et déjà, plusieurs jeunes chercheurs de l’OMP participent au projet : David Point du GET et Gaël le Roux d’Ecolab sur le volet Arctique, Benjamin Guinot du LA sur le volet Asie. Un réseau de collaborateurs internationaux, dont l’Académie de Sciences Chinoise, le National Institute of Standards and Technology (EU) ou encore l’Université d’Etat de Moscou joueront un rôle clé dans ce projet ambitieux.

Afficher le pied de page