OMP > Actualités > Actualités scientifiques > L’Observatoire Midi-Pyrénées participe à l’expédition « TARA OCEANS POLAR CIRCLE »

L’Observatoire Midi-Pyrénées participe à l’expédition « TARA OCEANS POLAR CIRCLE »

Le 19 mai 2013 la goélette TARA a quitté le port de Lorient pour une nouvelle expédition: « TARA OCEANS POLAR CIRCLE ». Lars-Eric Heimbürger, chercheur contractuel au laboratoire Géosciences Environnement Toulouse, coordonne un volet de recherche sur le mercure, polluant mondial. Pendant sept mois l’équipage de TARA fera pas moins de trente-deux stations de prélèvements de colonne d’eau dans l’Océan Arctique. Il s’agit de la plus vaste cartographie du mercure marin jamais effectuée en Océan Arctique. Une fois les échantillons revenus en France, L.E. Heimbürger à l’OMP, et ses collègues de l’Ifremer à Nantes, analyseront les différentes formes toxiques du mercure marin.

Bien qu’étant un élément naturel, le mercure est un polluant global et toxique auquel nous pouvons tous être exposés, principalement via notre consommation de poisson. Alors que nous pouvons en maîtriser la consommation  les populations Arctiques, se nourrissant principalement de produits marins, sont plus exposées(1). Les sources, les voies de transformation et les mécanismes aboutissant à des concentrations record de mercure dans le biote marin arctique sont encore incertains.

Le mercure émis dans l’environnement de manière naturelle (les volcans, par exemple) et de manière anthropique (combustion de charbon, par exemple), a la capacité de se déplacer sur de longues distances via les masses d’air et de se retrouver loin de ses sources d’émissions, notamment dans l’océan Arctique(2). Ce mercure, transformé par des bactéries dans sa forme la plus toxique, le méthylmercure(3), s'accumule tout au long de la chaîne alimentaire pour atteindre des niveaux nocifs chez les animaux arctiques (phoques, ours polaires, bélugas, etc..).

Au cours de l’expédition TARA OCEANS POLAR CIRCLES 2013, l’équipe mercure mesurera les différentes formes de mercure présentes dans l’air, l'eau de mer et dans des échantillons de plancton. Un membre de « l’équipe mercure », Grigor Obolenski (CNRS, LOVa) naviguera à bord de la goélette TARA pendant deux mois afin de mesurer en temps réel le mercure atmosphérique.  L’instrument de mesure est fourni par Joel Knoery de l’IFREMER à Nantes avec le soutien scientifique et logistique de Nicolas Marusczak (CNRS, GET/OMP). Catherine Larose (CNRS, EMB/ECLb) essayera quand à elle d'identifier les bactéries présentes dans l’eau de mer et ayant la capacité de transformer le mercure en méthylmercure.

 Une fois la campagne de TARA terminée, les centaines d’échantillons d’eaux recueillis passeront au Service ICPMS de l’OMP pour l’analyse du méthylmercure.L’ensemble des observations aideront à comprendre les principales sources (atmosphère, rivières, etc.) de mercure dans l'océan Arctique et de comprendre les mécanismes transformant le mercure en méthylmercure.

La participation de l’OMP à l’expédition TARA OCEANS POLAR CIRCLES se déroule dans le cadre du projet ERC « MERCURY ISOTOPES » coordonnée par Jeroen Sonke du GET.

Durant l’été 2013 TARA explorera les eaux Arctiques, et pendant ce temps  J. Sonke et L.E. Heimbürger partiront eux-aussi en mer pour la campagne « GEOTRACES – Méditerranée/Mer Noire ». Ils apportent également leur soutien au projet « Svalbard Project », rencontre d’aventure, science et culture, qui produira une centaine de prélèvements d’eaux de surface entre Brest et Svalbard, mais aussi une pièce de théâtre programmée à Toulouse à l’automne 2013.

Pour plus d’informations sur ces trois expéditions vous pouvez consulter le site web du  « groupe mercure » du GET.

 Références bibliographiques

1Sonke, J.E., Heimbürger, L-E., Dommergue, A. (2013) Mercury biogeochemistry: paradigm shifts, outstanding issues and research needs. Compte Rendus Geoscience, in press: http://www.lmtg.obs-mip.fr/equipements/Plateformes-Techniques/groupemercure

2Sonke, J.E. and Heimbürger L-E. (2012) News and Views: Mercury in Flux. Nature Geoscience. v.5, p.447-448 : http://www.nature.com/ngeo/journal/v5/n7/full/ngeo1508.html

3Heimbürger, L.E., Cossa, D., Marty, J.-C., Migon, C., Averty, B., Dufour, A., Ras, J., 2010. Methylmercury distributions in relation to the presence of nano- and picophytoplankton in an oceanic water column (Ligurian Sea, North-western Mediterranean). Geochimica Et Cosmochimica Acta, 74(19): 5549-5559 : http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0016703710003893
 

 Notes 

aLaboratoire d’Oceanographie de Villefranche sur Mer

bEnvironmental Microbial Genomics, Ecole Centrale de Lyon, Université de Lyon,

 Contacts

Lars-Eric Heimbürger, GET/OMP, heimburger@get.obs-mip.fr, 0561332607

Nicolas Marusczak, GET/OMP, marusczak@get.obs-mip.fr

Jeroen Sonke, GET/OMP, sonke@get.obs-mip.fr

Afficher le pied de page