La distinction entre 'croire' et 'savoir'.

Grand Séminaire le 06 juin 2017 de 11h00 à 12h30

Intervenant : Véronique Le Ru

Professeure en philosophie à l'Université de Reims Champagne Ardenne - Centre Interdisciplinaire de Recherche sur les Langues et la Pensée ( CIRLEP )

Photo: Galilée devant le Saint-Office, tableau de Joseph-Nicolas Fleury

VIDEO

Salle Coriolis Salle Coriolis Observatoire Midi-Pyrénées - 14, avenue Edouard Belin - 31400 Toulouse

Voir le plan d'accès

Pourquoi s’intéresser aujourd’hui à la formulation du postulat d’objectivité à et à la proscription de la recherche des causes finales en science ? La science ne s’est-elle pas libérée, depuis l’énoncé du postulat d’objectivité par Galilée et Descartes au XVIIe siècle, du joug de la théologie et de la religion ? Ces deux penseurs n’ont-ils pas proscrit, dans l’activité scientifique, la considération des fins ? Alors pourquoi s’intéresser à la distinction entre croire et savoir ? Parce que d’aucuns voudraient nous faire croire que la science peut se faire sans admettre ce postulat d’objectivité, d’aucuns voudraient nous faire croire que la science peut se construire sans refuser systématiquement que la nature puisse porter un projet, celui de Dieu qui l’a créée. Ces mêmes travaillent à un complet renversement de raisonnement : en remettant en question le postulat d’objectivité, ils visent à fragiliser la science et à la rabaisser au rang de discours hypothétique tandis qu’ils veulent ériger un discours idéologique au rang de science. C’est pourquoi il nous faut remettre l’ouvrage sur le métier et rappeler les grandes lignes de quatre siècles de philosophie critique qui ont permis à la science d’acquérir son autonomie et son indépendance vis-à-vis de la théologie et de la religion.

Powered by eZ Publish™ CMS Open Source Web Content Management. Copyright © 1999-2012 eZ Systems AS (except where otherwise noted). All rights reserved.