Sur les traces du mercure

Une équipe du Laboratoire des Mécanismes et Transferts en Géologie en collaboration avec l'Ecole Nationale Supérieure des Ingénieurs en Arts Chimiques Et Technologiques (Toulouse), en coopération avec l'Universidad Mayor de San Andrès (UMSA, La Paz, Bolivia) et l'Universidad Mayor de San Simon (UMSS, Cochabamba, Bolivia), est la première sur le plan international à étudier les fractionnements des isotopes de mercure dans les cheveux des populations humaines exposées, principalement dans le bassin Amazonien et en Europe.

L’importance de l’étude des processus de transformations du mercure dans l’environnement a conduit les chercheurs à s’intéresser à diverses techniques analytiques et plus récemment à l’étude des isotopes stables de Hg. L’étude des fractionnements isotopiques peut être un outil puissant pour déterminer les sources de mercure dans l’environnement ainsi que les processus chimiques de spéciation de cet élément.

Par conséquent, l’étude des isotopes stables permet d’apporter de nouveaux éléments de réponse aux questions suivantes :

D’où vient le Hg que l’on retrouve dans l’organisme humain ?

Quels sont les processus qui interviennent dans le cycle biogéochimique de Hg dans l’environnement ?

Quelle est la part des activités humaines dans la contamination par Hg d’un écosystème donné ?

C’est à l’issue de ces premiers résultats qu’une ouverture vers la problématique de la contamination par le Hg en Guyane sur les populations amérindiennes Wayampis a pu être proposée et des analyses sont en cours afin de répondre à ces questions.

 

Powered by eZ Publish™ CMS Open Source Web Content Management. Copyright © 1999-2012 eZ Systems AS (except where otherwise noted). All rights reserved.