Planck révèle la distribution de la poussière froide de notre Galaxie

Des images que vient d’obtenir la mission Planck de l’ESA révèlent les détails de l’organisation des régions les plus froides de notre Galaxie. Des nuages filamentaires prédominent, qui connectent les plus grandes échelles de la Voie Lactée aux plus petites. Ces images sont un sous-produit de cette mission qui produira à terme la photographie la plus détaillée jamais obtenue de l’Univers primordial.

La capacité de Planck de mesurer la température des particules de poussière les plus froides permet de fournir un indicateur important des processus physiques à l’œuvre dans le milieu interstellaire, et dans les régions de formation des étoiles.

L’image couvre une portion de ciel d’environ 50 degrés. Cette image composite en trois couleurs a été obtenue à partir des deux fréquences les plus élevés de Planck (les canaux à 557 et 857 GHz de l’instrument HFI, qui correspondent à des longueurs d’onde de 540 et 350 micromètres), et d’une image à plus courte longueur d’onde (100 micromètres), obtenue grâce au satellite IRA (InfraRed Astronomical Satellite). Cette composition permet de situer efficacement la poussière : les tons rougeoyants correspondent à des températures qui peuvent atteindre près de 12 degrés au-dessous du zéro absolu (soit environ -260 degrés Celsius), tandis que les tons à base de blanc correspondent à des régions nettement plus chaudes (des dizaines de degrés au dessus du zéro absolu) où des étoiles massives sont en cours de formation. L’image dans son ensemble révèle l’état de la poussière dans un voisinage d’environ 500 années lumière du soleil.

Cette image Planck a été obtenue au cours du premier relevé intégral du ciel qui a débuté en août 2009 et qui est aujourd’hui, à la mi-mars 2010, complet à 98 %. A ce rythme, Planck aura terminé d’effectuer son premier relevé intégral du ciel à la fin mai 2010. Cette image montre aussi l’intérêt que représente la combinaison des informations de Planck à celles obtenues par un autre instrument, IRAS, permettant dans le cas présent de mieux définir la température de la poussière.

 

Les images obtenues montrent par leur existence et leur qualité que l’Instrument HFI fonctionne de manière très satisfaisante et que tout le segment sol, qui recueille les données, vérifie journellement leur qualité et les transforme en produits utilisables par les scientifiques, est pleinement opérationnel. Il est composé du centre d’opération de HFI basé à l’Institut d’Astrophysique Spatiale à Orsay (CNRS/Université Paris-sud 11, OSU/INSU) et du Centre de Traitement des données situé à l’Institut d’Astrophysique de Paris (CNRS, Université Pierre et Marie Curie, OSU/INSU), tout deux financièrement soutenus par le CNES. Le centre de mission de l’ESA est quant à lui situé à l’ESAC en Espagne.

 

Powered by eZ Publish™ CMS Open Source Web Content Management. Copyright © 1999-2012 eZ Systems AS (except where otherwise noted). All rights reserved.