De la difficulté de prévoir les précipitations intenses en Corse

Le 23 octobre 2012, alors que se déroulait la campagne d’observation HyMeX en Méditerranée, un violent épisode orageux a frappée le sud de la Corse. Une équipe du Laboratoire d’aérologie (LA/OMP, UPS / CNRS) a étudié la prévisibilité de cet événement en utilisant différents jeux de conditions initiales dont elle a évalué l’impact sur la localisation et l’intensité des précipitations.
Divers travaux ont montré que la prévisibilité des systèmes précipitants méditerranéens était souvent conditionnée par la qualité des conditions initiales introduites dans les modèles pour réaliser les simulations numériques. Ce constat est encore plus valide pour la Corse qui du fait de son environnement marin manque d’observations de proximité qui permettraient de bien décrire les flux de basses couches.
Pour étudier le violent épisode orageux qui a frappé le sud de la Corse le 23 octobre 2012 durant la campagne d’observation HyMeX(1) en Méditerranée et causé d’importantes inondations à Porto-Vecchio, des chercheurs du LA ont réalisé une série de simulations en utilisant le modèle de recherche Méso-NH avec une résolution horizontale de 2,5 km. Cette configuration du modèle a été initialisée, pour trois dates différentes, à l’aide des observations analysées par 3 systèmes de prévision différents (ARPEGE et AROME de Météo-France, et IFS du Centre européen pour les prévisions météorologiques à moyen terme).

fig_corsica_rain

Précipitations cumulées de 0 à 12 h UTC, le 23 octobre 2012 : observations radar (a) et simulations testées (b-j), dont (b) est la seule qui prévoit correctement la localisation et l'intensité de l'épisode pluvieux. Les petits cercles représentent les pluviomètres et les flèches le vent à basse altitude (950 hPa) simulé à 4h UTC.

Parmi les neuf simulations Méso-NH ainsi réalisées, une seule a prévu avec exactitude la localisation et l’intensité de l’épisode pluvieux. Cette simulation montre que l’épisode étudié a résulté de l’influence des conditions météorologiques d’altitude de grande échelle et de basse couche de structure complexe, faisant intervenir différents vents locaux induits par le relief et venant converger au sud de l’île.
Alors que le forçage de grande échelle est correctement perçu dans les différentes simulations, il n’en va pas de même pour le forçage des basses couches. Si le subtil équilibre des flux de basses couches est erroné, la convergence est soit inhibée, soit déplacée, conduisant ainsi à de fortes erreurs sur la localisation et l’intensité des précipitations simulées.

Cette étude illustre la difficulté spécifique des prévisions en milieu insulaire à topographie complexe, rendues plus difficiles du fait de la rareté des observations dans l’environnement marin.

Note

  1. Le programme HyMeX (HYdrological cycle in the Mediterranean EXperiment) est développé dans le cadre du programme MISTRALS du CNRS

Source

P. Scheffknecht, E . Richard et D. Lambert, 2016, A highly localized precipitation event over Corsica. Quar. J. Roy. Met. Society, DOI: 10.1002/qj.2795.

Contact

Dominique Lambert, LA/OMP, dominique.lambert@aero.obs-mip.fr

Source : CNRS-INSU : http://www.insu.cnrs.fr/node/5786

Powered by eZ Publish™ CMS Open Source Web Content Management. Copyright © 1999-2012 eZ Systems AS (except where otherwise noted). All rights reserved.